« Photo de Famille », entre gravité et légèreté

« Oh, baby, baby, it’s a wild world
I’s hard to get by just upon a smile… »

Je crois qu’il y a un malentendu à propos de ce film dont la très réussie bande-annonce laisse entendre qu’on va largement se poiler. Mais si tu lis entre les images tu sens déjà que certes, des choses graves y seront traitées avec légèreté, mais que tu ne vas pas forcément te taper les cuisses de rire.
C’est le propre des histoires de famille de se dérouler sur un ton doux-amer, car forcément lorsque l’on propose un film choral, on s’identifiera un peu à l’un des personnages : Mao le dépressif toujours à une ligne (de métro) du suicide, Gabrielle la maman solo qui n’a pas tout à fait les pieds sur terre, au grand désespoir de son fils, ou bien Elsa pleine de colère et de désespoir. Quant aux parents, ils ne sont pas grandioses non plus, la maman psy qui a abandonné ses enfants, le père volage qui leur a imposé des mères de substitution… Séparés, « éparpillés », les trois enfants ne se retrouvaient que l’été à Saint-Julien, grâce à leurs grands-parents, et surtout grâce à cette mamie qui aujourd’hui ne se souvient plus de personne mais d’une seule chose : sa volonté de retourner à Saint Julien.

Pauvre mamie (Claudette Walker, ce sourire si doux) qu’on se passe et repasse comme un objet qu’on aime mais qui vous encombre – dans cette cruauté involontaire aussi s’y reconnaîtront beaucoup. Au-delà de cette question sur le « Que faire de nos anciens ? », la réalisatrice interroge aussi ses personnages avec une tendresse manifeste : « Qu’avez-vous fait de vos vies ? » Ils sont tous si imparfaits, si égoïstes, si humains, à garder enfoui au fond d’eux cette part d’enfance envolée et ce grand besoin d’être aimé. C’est cela qui touche et nous parle dans « Photo de Famille », certes chaque famille connait ses drames et ses lâchetés, mais à y regarder de plus près il y a forcément quantité d’amour qui y a circulé un jour et ne demande parfois qu’à être ravivée, et comme le dit le personnage de Pierre (Jean-Pierre Bacri toujours excellent, mais on n’en attend pas moins), « on n’aura pas tout raté finalement ».

PHOTO DE FAMILLE, un film de Cecilia Rouaud, avec Vanessa Paradis, Camille Cottin, Pierre Deladonchamps… actuellement en salles

 

8 réflexions sur “« Photo de Famille », entre gravité et légèreté

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s