Ces Goûts Bizarres

Ces dernières semaines quelques articles sont passés sur la blogo au sujet des goûts bizarres et autres petites manies honteuses, et comme les sujets perso se font rares je me laisse tenter à mon tour par un petit listing certainement non exhaustif de mes lubies :

  • Je ne supporte pas les emballages en trop : exemple tu vois la plaquette de cachets entamée ? je la découpe pour jeter la partie utilisée. Gain de place inestimable de quelques millimètres dans ma boîte à médicaments. De même, un pack de lait, s’il y manque un litre hop je vire tout  l’emballage (ça fait négligé non ?). Je tiens ça de ma môman, j’étais perplexe en la voyant faire, et maintenant je fais pareil.
  • Si je mange sur le pouce à l’extérieur j’achète direct un sandwich au thon. Si je mange seule à la maison j’ouvre une boîte de… thon. Mon chat m’aime de façon tout à fait désintéressée, n’en doute pas.

giphy (3)

  • Rituel du coucher : je fais le tour de l’appart, je débranche tout (pas de téléphone qui se recharge la nuit, pas de portable en veille… ), je vérifie que les portes sont fermées (pas sans raison au vu de l’historique de mon quartier pour ce qui est de la porte d’entrée, mais si je vérifie la porte de la cuisine et de la salle de bain c’est plutôt à cause du chat qui fait pipi dans le lavabo ou se tape des fringales de minuit dans le frigo), je vais jeter un oeil dans la chambre des garçons même s’il n’y a rien qui dépasse de sous leurs couettes, je lis quelques pages de roman quelle que soit l’heure sinon je ne dormirai pas.
  • Je pleure au cinéma, mais genre je pleure vraiment (dernière inondation en date devant Coco), de toutes façons tu me montres une vidéo de chaton trop mignonne je pleure aussi. Mais dans la mesure du possible je me planque pour chouiner tranquillement.

giphy (18)

  • Je fais des listes. Plein. Sur mon bureau il y a un agenda (et ceux des années précédentes, des fois que j’y ai oublié quelque chose), plusieurs calendriers imprimés, des post-it. Quand on prévoit des vacances, je fais des listes de liste trois mois à l’avance. Ce qui ne m’empêche ABSOLUMENT PAS d’oublier la moitié des choses.
  • Je suis une grande sauvage qui déteste la solitude. Je peux mettre des années à me faire des amis, mais une fois que c’est acquis je crois, je pense être fidèle (ou alors faut vraiment avoir poussé mémé dans les orties – ou avoir touché à un cheveu de mes garçons). 
  • Je ne suis pas une maman fréquentable, d’ailleurs depuis le temps que mes fils sont scolarisés ça commence à se savoir :  autant j’adore mes enfants, autant si tu m’entraînes sur une conversation sur les premières dents, les soldes chez Okaïdi, les goûters ou les sorties au parc tu m’auras perdue à jamais. Résultat : à l’heure des parents tu as des petits groupes de mères qui papotent devant l’école, et moi à l’écart. Pas sympa mais tant pis, j’ai passé l’âge de faire semblant.

giphy (16)

  • Je ne supporte pas les notifs sur mon téléphone, ces petites fenêtres qui viennent envahir mon espace écran, il faut que je les élimine au fur et à mesure qu’elles apparaissent. Je te dis pas le matin quand j’allume mon tél, c’est la fête !
  • D’ailleurs tant qu’on y est, je ne réponds jamais au téléphone. Je ne peux pas, c’est plus fort que moi. Envoies-moi un texto plutôt, ou encore mieux viens me voir, je suis peut-être sauvage mais promis, je t’offrirai un café !

phone

 

Bref, à la lumière de ma liste j’en conclus que je suis hypersensible, monomaniaque, psychorigide et misanthrope, PAS MERCI LES FILLES :-p !

Publicités

Me, Myself & Instagram

giphy (3)

J’aime toujours autant Instagram, le seul réseau où une photo vaut mieux qu’un long discours. C’est mon petit plaisir, à plusieurs moments de la journée, de checker mon fil. Je distribue des petits coeurs à foison, mais il faut dire aussi que je suis seulement abonnée aux comptes qui m’intéressent vraiment, je fuis les comptes à marques, ceux qui postent 50 photos par jour, des duckfaces ou des postérieursfaces, j’y trouve beaucoup d’idées de sorties, de lectures, de l’inspiration, bref, le presque idéal.

ig

Evidemment je sais que tout n’est pas non plus parfait, tiens au début quand je me suis inscrite je recevais plein d’abonnées russes à postérieur dévoilé, puis ça a été pour gagner des téléphones ou je ne sais plus quelle daube, mais ces temps-ci c’est plutôt la tendance mec célib avec plaquettes apparentes « slt çv ? » :

giphy (7)

Ma tête quand une copine m’a raconté que des instagrameurs achetaient des followers :

giphy (16)

J’ai converti mon p’tit mari il y a un bon moment déjà, c’est assez marrant d’ailleurs parce que son compte est tout épuré, en lignes claires et droites alors que dans la vie c’est un gros bordélique, en revanche puisque souvent on fait des sorties ensemble, on se retrouve logiquement à photographier les mêmes choses, et là le soir au moment de décider quoi poster comme photo, c’est le drame :

giphy (10)

Du coup maintenant, quand je repère de loin quelque chose digne d’être photographié et que chéri me suit de trop près :

giphy (13)

J’ai pas de fil directeur sur mon compte, mais j’aime bien prendre du recul parfois et m’apercevoir qu’il a pris les couleurs de la saison en cours, je n’aime pas par exemple quand il devient triste, allez hop il faut que je trouve de la couleur. Et quand je ne poste pas pendant quelques jours, c’est signe que mon humeur perso est à la morosité et que je n’arrive plus à trouver quoi que ce soit de joli… mais allez, c’est plutôt rare !

 

 

 

Illustrations : Giphy est mon ami.

45

45… 45… 45 ans… J’ai beau me répéter ce chiffre depuis que je les ai pris la semaine dernière, je ne m’y fais pas ! Je ne vais pas faire le coup « Naaaan mais dans ma tête shuis toujours jeune !  » mais un peu quand même…

giphy (5)

J’ai toujours pensé qu’à 45 ans on ressemblait à ça…

giphy (8)

Alors que moi j’ai plutôt tendance à être comme ça (heu non, pas avec ce corps-là, je laisse ton imagination faire le reste).

tumblr_m31lw4J3mD1ql9l5h

J’imaginai les gens de cet âge comme des modèles de sagesse, pondération, élégance, maturité…

giphy (7)

Alors que je suis plutôt comme ça (oh mon dieu ce gif me ressemble VRAIMENT)…

giphy (11)

Peut-être qu’il y a des gens moins doués que d’autres pour la vie adulte…

giphy (14)

Mais ce n’est pas si grave (je crois) d’avoir envie de préserver un brin de sa naïveté enfantine jusque tard dans l’âge adulte (même si c’est difficile, souvent)…

giphy (3)

Mais regarde comme j’assume bien les 50 balais qui arrivent au galop !

2d1434f3-7517-4d1b-8eba-1d7960dcec47

… Même pas peur !

giphy (13)

… Non, vraiment pas !

« La Fleur de Clémentine », pourquoi pas moi ?

COUV 1

Alors aujourd’hui je vais te parler d’un nouvel auteur très prometteur, mouhahaha…. il est des articles plus compliqués à écrire que d’autres, ce sont ceux où on se livre (sans jeu de mots), mais si je ne profite pas de cet espace, mon espace à moi, pour te parler de ce projet qui me tient énormément à coeur, je ne vois pas où je pourrai le faire.

J’ai toujours aimé les mots, les lire, les écrire, en jouer. Tiens, j’ai écrit mon premier roman à 17 ans (ah bon ? toi aussi ?), que j’ai vite détruit. Depuis, des articles, des chroniques, quelques nouvelles, comme ça, pour voir. Et puis, je pense que c’est à force de voir des copines réaliser leur rêve d’être publiée que je me suis dit qu’il fallait au moins que je tente ma chance et que j’aille au-delà de cette foutue certitude de n’avoir rien d’intéressant à raconter (#caliméro). La vie est courte ! Je me suis donc lancée l’année dernière dans l’écriture d’une histoire et j’y ai pris un plaisir fou, j’ai adoré donner vie à mes personnages, je les ai tous aimé, sans condition. J’ai ensuite soumis mon texte à à un concours que je n’ai pas gagné, mais où j’ai reçu de précieux encouragements. Alors finalement, comme ce n’est pas la peine de laisser dormir un texte dans le placard je me suis décidé pour l’édition numérique, et c’est sous cette forme que je te propose maintenant de le découvrir. Il n’existe qu’en lecture numérique (pour l’instant, je l’espère), mais il existe bel et bien maintenant, et si j’ai l’occasion de faire passer un agréable moment à un/e lecteur/trice, alors je serai comblée :

 

Clémentine est une jeune fleuriste installée à Bordeaux. Elle mène une vie tranquille de célibataire, entourée de son chat, de son amie Nicole et de quelques habitués parmi lesquels Viviane, une vieille dame attachante qui perd un peu la tête. Le jour où Viviane réclame une fleur inconnue à Clémentine, celle-ci se met en tête de la retrouver, mais ça ne va pas s’annoncer si simple.
Tandis qu’un ancien petit ami fait sa réapparition et lui tourne la tête, ses recherches vont amener la jeune femme à découvrir l’histoire de Viviane, à mieux se connaître, à se délivrer de l’emprise d’une mère tyrannique et finir par mener enfin sa propre vie – et peut-être même découvrir l’amour…

 

Et si jamais tu pousses la curiosité jusqu’au bout, il me serait très, très utile d’avoir ton retour que tu peux déposer sur la page d’Amazon notamment, parce que c’est ainsi qu’on a une chance de faire sa petite place dans un univers déjà rempli de beaux titres, et qu’évidemment c’est important pour moi de savoir si ça vaut le coup que je poursuive dans cette voie – ou pas.

Voilà, bisous.

 

#mortedetrouille #jesuispluslà #jevaismecacher

 

LA FLEUR DE CLEMENTINE, Sophie Horvath (chez Librinova et disponible sur toutes les librairies en ligne )

Twelve

20170409_165416

J’ai. un. fils. de. 12. ans.

Un. fils. de. 12. ans.

12. ans.

12.

Moi qui n’arrive toujours pas à me faire au monde adulte, j’ai un fils COLLÉGIEN. Un ADO. Un GRAND.

Un ado très fier de grandir et qui va bientôt nous dépasser en tout. Un grand fâché avec l’école et pour qui les copains comptent plus que tout. Un grand qui pourrait fournir l’énergie à une éolienne pendant une année entière à force de pousser des soupirs exaspérés. Un grand flatté et ulcéré de se voir coller par un petit frère en admiration. Un grand qui depuis qu’il est entré au collège a pris l’assurance qui lui a tant manqué dans son enfance. Un grand qui tire, tire, tire le fil qui nous relie avec l’intention claire de se détacher, mais finalement il en a toujours été ainsi avec ce petit gars qui courait au lieu de marcher, criait au lieu de parler, me repoussait de toutes ses forces pour que je le laisse grandir. Un grand qui dessine comme un fou mais ne veut pas le montrer, me désespère en ne jurant que par les youtubeurs et les joueurs de Minecraft, ne veut même pas entendre prononcer les mots « fille » ou « amoureuse », veut toujours devenir Luc Besson, sait exactement comment me faire rire et comment me faire enrager, et surtout comment m’attendrir en prononçant à sa façon inimitable « Maman » à la façon du petit garçon qu’il est – et qu’il restera toujours un petit peu, je l’espère.

 

HAPPY BIRTHDAY MON BÉBÉ CŒUR

 

 

Avis de Chaleur

Stan. friends hot stan courteney cox GIF

Moi quand il fait 25 degrés…

Rabbids hot summer breath rabbids GIF

Moi quand il fait 27 degrés…

 hot james mcavoy heat sweat sweating GIF

Moi quand il fait 29 degrés…

 cat drinking thirsty hopeless faucet GIF cat hot summer fan warm GIF

… Moi quand il fait plus de 30 degrés. Tu me trouveras donc ces prochains jours la tête dans le frigo et le reste devant le ventilo ! Bisous !

2 ans et quelques ❀❁❃

Je me revois chercher désespérément une fichue robe toute simple (« juste une s’il vous plait que je puisse porter sans avoir l’air d’un sac de congélation Carref*ur, pitié pitié Sainte Rita aides-moi ! »), je me souviens de préparatifs sans (trop de) stress à scotcher du masking tape fleuri et épingler du liberty dans tous les coins, comme l’on prépare avec plaisir des vacances ou une fête entre amis, je réentends la photographe me conseiller « quoiqu’il arrive, souris, même si ça fait mal ! » et avoir la banane toute la journée sans me forcer, je repense à mon émotion en recevant le bouquet de mariée offert par une amie chère, je ris encore bêtement en imitant la chute des épingles à cheveux (cling cling) de mon chignon sophistiqué (durée de vie : 1 heure) avant même d’arriver à la mairie, je me rappelle avec un sourcil levé du discours surréaliste du maire (« mais qu’est-ce qu’il raconte ? »), je revois cette maison de campagne trouvée au hasard du net qui correspondait à 1000 % à ce que nous cherchions, je repense au plaisir de cette journée, à ceux qui ont répondu présent et à ceux qui ont répondu absent, qui se sont impliqués et qui sont restés plus longtemps que prévu, à la météo parfaite qui s’est invitée uniquement pour cette journée (la preuve : depuis 2 ans le mois de juin est pourri, na), je réentends les rires des amis et les jeux des enfants, le bonheur évident de mes petits garçons avec le noeud pap’ de travers et les yeux qui brillent, je me dis qu’après plus de 20 ans avec le même homme ça ressemblait à une confirmation, qu’à la question « pourquoi maintenant ? » je racontais partout que je voulais porter ton nom alors qu’aujourd’hui je ne le porte toujours pas, parce que du nom en réalité je m’en foutais c’était bien toi que je voulais.

P1020337P1020192BX0A0671

Et si tu me suis depuis trèèèès longtemps (et je t’en remercie), souviens-toi je t’avais un peu raconté mes angoisses bêtises ❀ ICI ✽

{Photos Chloé, Armelle, Séverine…}