Une halte au Mont Saint Michel

IMG_7566

Aaah le Mont Saint Michel… je suis tellement vieille (mouhahaha) que je l’ai connu sans ces kilomètres de parking (12 euros, cling cling) et ces galeries commerciales (cling cling cling) installées à quelques encablures, sans ces navettes (gratuites) ou à cheval (cling cling) qui te déposent à 300m de l’entrée. Mais ce qui n’a pas changé c’est l’omelelette la plus chère du monde chez la Mère Poulard, les boutiques attrape-touristes et l’affluence sur les remparts (pardon, pardon, cling cling, pardon…).

IMG_7480IMG_7484IMG_7486 IMG_7478

Blague à part, l’ilôt surmonté de son abbaye à la légendaire silhouette est exceptionnel, et sous le rare soleil du premier jour de mai je serai bien restée plus longuement perchée sur les hauteurs à regarder la marée monter à la vitesse d’un cheval au galop. Quel que soit l’endroit d’où tu te tiens, quelle que soit l’heure du jour la lumière est tellement fantastique vue de là-haut.

IMG_7488IMG_7494IMG_7501IMG_7504

IMG_7510IMG_7513IMG_7519IMG_7546IMG_7530IMG_7531 IMG_7529IMG_7534IMG_7535IMG_7536IMG_7544IMG_7548 IMG_7549IMG_7551IMG_7554IMG_7555IMG_7547

Le seul conseil qui vaille : arriver tôt. Et si sur la route tu as envie de prendre vite fait un café avec une madeleine tout juste sortie du four (2 euros) avec vue sur la baie, je te conseille un arrêt à l’Atelier Saint Michel (ouvert 7 jours sur 7).

Rose Pompon

20170412_155322

Chaque année je ne peux résister à cette déferlante de rose qui s’étend sur le bosquet des cerisiers du Parc de Sceaux. Attendues fébrilement, tantôt tardives tantôt précoces, difficile de prévoir quel jour les fleurs seront à leur point culminant. En tout cas, mercredi dernier, elles étaient déjà à un stade bien avancé puisque les pétales commencaient à tomber en pluie de confettis et les feuilles à apparaître, les fleurs formant d’énormes bouquets de mariée dans lesquels on a envie de se perdre. Attention,  avalanche de pompons !

IMG_7369IMG_7393IMG_7376IMG_7378IMG_7391IMG_7396IMG_7399IMG_7400IMG_7403IMG_7404IMG_7405IMG_7408IMG_7410IMG_7412

Les Escaliers de Lyon

20170208_114810

Je n’ai pas fait beaucoup d’articles sur notre escapade à Lyon, simplement parce que je trouvais que mes photos n’étaient pas à la hauteur, essentiellement par manque de lumière – la faute à la météo – nooon c’est pas du tout parce que je suis une mauvaise photographe :-p . Je suis vraiment sous le charme de cette ville que j’ai maintenant très envie de découvrir au printemps – surtout que je l’imagine bien fleurie ces jours-ci.

IMG_6979IMG_6978

Notre-Dame de Fourvière, là-haut, tout là-haut, tellement là-haut – oui parce qu’à Lyon faut grimper… bon, ok  on a triché, on a pris le funiculaire – la « ficelle ».

IMG_6990IMG_698120170208_111534IMG_6982IMG_6985

Vue sublime depuis le pied de la Basilique.

IMG_6989

Et le théâtre antique, tout proche…

IMG_6991IMG_699420170208_122316

… Et hop, on redesceeeeeeeeeeeeeend…. !

IMG_699720170208_12261920170207_15020320170208_144034

Déambuler, traverser, trabouler, marcher, monter, découvrir, rencontrer, redescendre…

20170208_14421920170208_150003 IMG_6953IMG_694620170208_165303

Des escaliers jusque sur le mur des Canuts !

20170209_131518

Une chose est sûre, c’est que maintenant que je connais bien la route, un jour je retournerai à Lyon !!

 

★★★

 

Le charme du Vieux Lyon

IMG_6975IMG_6920

C’est vrai, lorsque nous avons fait une pause de trois jours à Lyon, la météo n’a pas été très clémente, le soleil réservant ses rayons pour la semaine suivante (le traître), c’est vrai aussi qu’on s’est bien caillé les miches. Et pourtant, comme j’ai aimé découvrir cette ville pour la première fois, et je sais pourquoi : ici on voit la vie en couleur. Dans le Vieux Lyon en particulier, les facades sont rose, jaune, ocre ou bien orange… de quoi ranimer un ciel triste !

IMG_6924IMG_6916IMG_6925IMG_6919

Et puis, maintenant je sais enfin ce que c’est de trabouler ! c’est-à-dire traverser les immeubles en osant franchir de belles portes et passer par des petites cours intérieures ravissantes et des couloirs d’un autre temps pour débouler dans une toute autre rue. C’est fascinant à faire, mais moi qui n’ose pas déranger, j’y suis allée sur la pointe des pieds…

IMG_6927IMG_6929IMG_6933IMG_6935IMG_6970IMG_6962IMG_697120170208_143430IMG_6960IMG_6973

Une fois que tu as bien traboulé et arpenté en long et en large les ruelles pavées, tu as maintenant le droit de faire une pause pour pour déguster la première tarte aux pralines de ta vie… délice ! et superbe adresse au passage (Le Luminarium) découverte grâce aux conseils précieux de la plus gourmande des blogueuses lyonnaises 🙂

 20170207_160133IMG_6976

Et profites-en bien, parce qu’à la prochaine étape de ta visite il va falloir grimper… oui, oui, là-haut !

Dans les rayons du Black Supermarket

20170114_155721

J’aime bien ces lieux éphèmères qui poussent régulièrement à Paris, l’occasion de mettre l’imagination au boulot en détournant les lieux. Dans cet ancien supermarché, 10 artistes urbains (Katre, Astro, Mist, Swic…) ont été invités à se lâcher sur les murs, sols et plafonds. Caddies transformés en fauteuils, caisses enregistreuses taguées, frigos remplis de néons de couleurs, produits customisés… l’occasion aussi d’y prendre un café ou un cocktail, de participer à des ateliers. On peut aller y faire ses courses jusqu’au 12 février.

20170114_15533520170114_15511820170114_15451320170114_15484820170114_155004(0)20170114_15530020170114_15502020170114_15554820170114_15474320170114_15514420170114_155633

 

Black Supermarket, 43 rue Notre Dame de Nazareth, Paris 3e  ★

L’Automne au Père Lachaise

img_6315 img_6289 img_6292img_6293img_6296img_6299img_6300img_6303img_6304img_6305img_6307 img_6313img_6310img_6323img_6325img_6328img_6329img_6330img_6331img_6336img_6342 img_6345img_6344img_6346img_6347

« N’oublie jamais ceci : tout sentiment a son pendant.
Se sentir malheureux prouve que I’on est capable de se réjouir.
C ‘est une bonne nouvelle.
Quand tu es seul, tu te rends compte à quel point tu serais bien en compagnie de quelqu’un.
C ’est une bonne nouvelle.
II te faut soufrir pour apprécier le bonheur de n’avoir mal nulle part.
C ‘est une bonne nouvelle.
Voilà pourquoi iI ne faut jamais craindre la tristesse, ni Ia solitude, ni Ia douleur car elles sont Ia preuve que la joie, I’amour et Ia sérénité existent.
Ce sont de bonnes nouvelles. »

Le plus bel endroit du monde est ici (Miralles/Santos)