Rentrer en Douceur

Cet été il y eut beaucoup de chaleur, de baignades, de kilomètres de découvertes, de ballades et de souvenirs, de moments partagés en famille et entre amis,

Un petit garçon qui a passé le cap des dix ans en dansant et s’apprête à entrer en cm2, un collégien qui n’en finit plus de grandir, des retrouvailles redoutées mais voilà-c’est-fait, un été bien rempli en somme.

Pas assez de temps d’écriture à mon goût (et zéro blogging du coup) mais des résolutions (un peu plus d’organisation et moins d’excuses), un premier article dans un journal (très) local au sujet de mon « Marronnier » (j’aime bien les premières fois…).

J’ai beaucoup lu, pris enfin le temps de retourner au cinéma, pris trois tonnes de photos (plus qu’à trier…) et engrangé autant de couleurs (et d’iode) que possible, et sans doute que je vais te raconter (un peu) tout ça.

Que te souhaiter pour cette rentrée ?

En tout cas qu’elle soit douce et pleine de projets ✿✿✿✿

Publicités

Insta Avril

Le mois d’avril nous a enfin permis de mettre un pied dehors … et même deux ! Retour des balades et des petites fleurs, des couleurs et des envies de partir. Explorer Paris ou la Normandie, retrouver des amis et garder le nez en l’air, goûter, fêter, profiter des jolies choses et des beaux moments, et dans la foulée persévérer dans ses nouveaux projets d’écriture (tiens, il faudra que je t’en parle, un jour). That’s life !

A nous deux, MAI !

✽✽✽

Twelve

20170409_165416

J’ai. un. fils. de. 12. ans.

Un. fils. de. 12. ans.

12. ans.

12.

Moi qui n’arrive toujours pas à me faire au monde adulte, j’ai un fils COLLÉGIEN. Un ADO. Un GRAND.

Un ado très fier de grandir et qui va bientôt nous dépasser en tout. Un grand fâché avec l’école et pour qui les copains comptent plus que tout. Un grand qui pourrait fournir l’énergie à une éolienne pendant une année entière à force de pousser des soupirs exaspérés. Un grand flatté et ulcéré de se voir coller par un petit frère en admiration. Un grand qui depuis qu’il est entré au collège a pris l’assurance qui lui a tant manqué dans son enfance. Un grand qui tire, tire, tire le fil qui nous relie avec l’intention claire de se détacher, mais finalement il en a toujours été ainsi avec ce petit gars qui courait au lieu de marcher, criait au lieu de parler, me repoussait de toutes ses forces pour que je le laisse grandir. Un grand qui dessine comme un fou mais ne veut pas le montrer, me désespère en ne jurant que par les youtubeurs et les joueurs de Minecraft, ne veut même pas entendre prononcer les mots « fille » ou « amoureuse », veut toujours devenir Luc Besson, sait exactement comment me faire rire et comment me faire enrager, et surtout comment m’attendrir en prononçant à sa façon inimitable « Maman » à la façon du petit garçon qu’il est – et qu’il restera toujours un petit peu, je l’espère.

 

HAPPY BIRTHDAY MON BÉBÉ CŒUR