Bruxelles la Décalée

Nous n’y sommes passé qu’en coup de vent, mais ce petit brin de surréalisme, je suis fan !

Ce petit brin de gourmandise, aussi 🙂

Ville vivante, façades colorées, parcours BD, street art…

Et nous sommes loin d’avoir tout vu ! On reviendra, c’est certain.

J’ai failli l’oublier celui-ci qu’on ne présente plus ! Et toi, tu connais Bruxelles la Belle ?

Publicités

Le Plein de Couleurs

En cette journée tempétueuse, je te propose de prendre un petit shoot de couleurs grâce à cette installation de Patricia Cunha inspirée par Mary Poppins et intitulée Umbrella Sky.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est 20190227_131252.jpg

Ce ciel de parapluies (800 en tout !) est à contempler dans la ruelle commerciale du Village royal, à proximité de la Madeleine.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est 20190227_131518.jpg

Un peu de poésie en plein coeur de Paris ! A ne pas manquer jusqu’au 30 avril.

Ma Desheng à Chamarande

IMG_20190217_174450_067

L’artiste chinois MA DESHENG a fait partie du groupe d’artistes avant-gardistes des « Etoiles » qui se battait à Pékin à la fin des années 70 pour la liberté d’expression avant, pour certains membres du groupe, de choisir l’exil. Résident en Suisse puis en France, en 1992 l’artiste perd la mobilité de son corps suite à un accident. C’est alors que ces pierres géantes, galets ou rochers, commencent à remplir ses oeuvres, prenant des formes humaines parfois inspirées de Matisse (période « Nu Bleu »).

20190217_145506
20190217_145642
20190217_145752
20190217_145800
20190217_145850
20190217_150001
20190217_150018
20190217_150200
20190217_150234

On peut voir dans ces silhouettes en conciliabule ce qu’on a envie d’y voir, des fantômes, une menace ou une présence, de la sensualité ou de la rugosité, en tout cas le cadre du château de Chamarande leur offre un superbe cadre, surtout lorsque la lumière pénètre par les grandes fenêtres… 

20190217_145239

MA DESHENG, Des Etoiles à nos Jours, Exposition au domaine Départemental de Chamarande (Essonne) jusqu’au 17 mars 2019.

Camden Town, mon coup de ♥ à Londres

Je m’aperçois que j’ai oublié de te parler du gros coup de coeur de notre bref séjour londonien de novembre dernier (oui, trois mois après, il n’est jamais trop tard) : il s’agit de CAMDEN TOWN, qui se situe au nord de la ville et qui est célèbre à la fois pour son marché aux puces et pour être le temple de la culture alternative. Dès la sortie du métro tu tombes sur ces façades de folie et un quartier hyper vivant… et touristique bien sûr (venir très tôt !)

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est dsc00962.jpg

Croiser Amy Winehouse au détour des ruelles d’un marché labyrinthique…

Moi qui aime tant le street art, autant te dire que j’ai apprécié !

Boutiques, pubs, musique, fringues, disques, tatouages… et lorsqu’on n’en peut plus de la foule, on peut se sauver pour se promener le long du canal.

« Espèces en Voie d’Illumination », promenade nocturne

Ce soir s’achève au Jardin des Plantes de Paris une spectaculaire exposition nocturne : une promenade à la lueur de structures lumineuses (façon lanternes chinoises) représentant des espèces animales éteintes ou menacées, animaux gigantesques ou doubles des habitants de la Ménagerie.

Poésie, magie et… foule déambulant parmi papillons, suricate ou éléphants phosphorescents, ours polaires ou tortue marine, pénétrant dans les entrailles d’un requin blanc et peinant à distinguer les flamants roses (les vrais) de leurs jumeaux lumineux.

Quelle douceur dans ces yeux ! Et cette délicatesse dans l’exécution…

Un festival d’un nouveau genre qui en raison de son grand succès sera certainement appelé à être reconduit, ici ou ailleurs, pour notre grand plaisir.

Mucha au Musée du Luxembourg

Adolescente je raffolais des illustrations féminines de Mucha, j’en collais sur mes cahiers d’étudiante et en reproduisais des parties, fascinée par ces détails, ces symboles et ces formes mi-féminines mi-végétales. C’est donc un réel plaisir que les découvrir, cette fois « en grand ».

Le tchèque ALPHONSE MUCHA s’est fait connaître grâce à ses talents d’affichiste dans les années 1890 à Paris. Après avoir créé avec succès une illustration pour une pièce de théâtre de Sarah Bernhardt, il produit multitude de panneaux décoratifs, développant un style reconnaissable entre tous avec ses jeunes femmes cernées de motifs floraux, d’arabesques et aux chevelures sans fin – un genre qui finira par incarner l’Art Nouveau.

Mais Mucha est aussi peintre, sculpteur ou photographe, sa manière évolue et il se lance dans le projet de fresques consacrées à l’épopée de son peuple slave. L’exposition du Musée du Luxembourg détaille de façon très claire chaque étape de sa carrière – et il est amusant de constater que la popularité de ses affiches a conduit à la création de multitude de produits dérivés comme des bijoux, des emballages de savons ou des boîtes de biscuits. Ainis naquit le marketing !

ALPHONSE MUCHA, jusqu’au 27 janvier 2019 au Musée du Luxembourg, Paris 6e.

Miss Tic à Trouville

20181028_122519

J’aime tellement les figures féminines de Miss Tic, toujours accompagnées d’une petite phrase poétique qui prête souvent à réflexion, et que je croise parfois dans les rues parisiennes. Alors bien sûr, profitant d’une escapade à Trouville je me suis mise en chasse !

20180925_14002120181028_122651

A l’occasion d’une exposition de ses féminins pochoirs dans une galerie d’art de Deauville, l’artiste a essaimé ça et là quelques oeuvres. Je n’ai pas retrouvé les dix (d’autant que l’une d’elle a été priée de se mettre à l’abri des regards O_O ), mais j’étais vraiment ravie de dénicher celles-ci au hasard des rues ou des cabines de plage.

20181028_12523720181028_131357

(Celle-ci avec Marguerite Duras se trouve devant la bibliothèque… elle est vraiment superbe, non ?).

20181028_132017