Une halte au Mont Saint Michel

IMG_7566

Aaah le Mont Saint Michel… je suis tellement vieille (mouhahaha) que je l’ai connu sans ces kilomètres de parking (12 euros, cling cling) et ces galeries commerciales (cling cling cling) installées à quelques encablures, sans ces navettes (gratuites) ou à cheval (cling cling) qui te déposent à 300m de l’entrée. Mais ce qui n’a pas changé c’est l’omelelette la plus chère du monde chez la Mère Poulard, les boutiques attrape-touristes et l’affluence sur les remparts (pardon, pardon, cling cling, pardon…).

IMG_7480IMG_7484IMG_7486 IMG_7478

Blague à part, l’ilôt surmonté de son abbaye à la légendaire silhouette est exceptionnel, et sous le rare soleil du premier jour de mai je serai bien restée plus longuement perchée sur les hauteurs à regarder la marée monter à la vitesse d’un cheval au galop. Quel que soit l’endroit d’où tu te tiens, quelle que soit l’heure du jour la lumière est tellement fantastique vue de là-haut.

IMG_7488IMG_7494IMG_7501IMG_7504

IMG_7510IMG_7513IMG_7519IMG_7546IMG_7530IMG_7531 IMG_7529IMG_7534IMG_7535IMG_7536IMG_7544IMG_7548 IMG_7549IMG_7551IMG_7554IMG_7555IMG_7547

Le seul conseil qui vaille : arriver tôt. Et si sur la route tu as envie de prendre vite fait un café avec une madeleine tout juste sortie du four (2 euros) avec vue sur la baie, je te conseille un arrêt à l’Atelier Saint Michel (ouvert 7 jours sur 7).

Les Escaliers de Lyon

20170208_114810

Je n’ai pas fait beaucoup d’articles sur notre escapade à Lyon, simplement parce que je trouvais que mes photos n’étaient pas à la hauteur, essentiellement par manque de lumière – la faute à la météo – nooon c’est pas du tout parce que je suis une mauvaise photographe :-p . Je suis vraiment sous le charme de cette ville que j’ai maintenant très envie de découvrir au printemps – surtout que je l’imagine bien fleurie ces jours-ci.

IMG_6979IMG_6978

Notre-Dame de Fourvière, là-haut, tout là-haut, tellement là-haut – oui parce qu’à Lyon faut grimper… bon, ok  on a triché, on a pris le funiculaire – la « ficelle ».

IMG_6990IMG_698120170208_111534IMG_6982IMG_6985

Vue sublime depuis le pied de la Basilique.

IMG_6989

Et le théâtre antique, tout proche…

IMG_6991IMG_699420170208_122316

… Et hop, on redesceeeeeeeeeeeeeend…. !

IMG_699720170208_12261920170207_15020320170208_144034

Déambuler, traverser, trabouler, marcher, monter, découvrir, rencontrer, redescendre…

20170208_14421920170208_150003 IMG_6953IMG_694620170208_165303

Des escaliers jusque sur le mur des Canuts !

20170209_131518

Une chose est sûre, c’est que maintenant que je connais bien la route, un jour je retournerai à Lyon !!

 

★★★

 

Le charme du Vieux Lyon

IMG_6975IMG_6920

C’est vrai, lorsque nous avons fait une pause de trois jours à Lyon, la météo n’a pas été très clémente, le soleil réservant ses rayons pour la semaine suivante (le traître), c’est vrai aussi qu’on s’est bien caillé les miches. Et pourtant, comme j’ai aimé découvrir cette ville pour la première fois, et je sais pourquoi : ici on voit la vie en couleur. Dans le Vieux Lyon en particulier, les facades sont rose, jaune, ocre ou bien orange… de quoi ranimer un ciel triste !

IMG_6924IMG_6916IMG_6925IMG_6919

Et puis, maintenant je sais enfin ce que c’est de trabouler ! c’est-à-dire traverser les immeubles en osant franchir de belles portes et passer par des petites cours intérieures ravissantes et des couloirs d’un autre temps pour débouler dans une toute autre rue. C’est fascinant à faire, mais moi qui n’ose pas déranger, j’y suis allée sur la pointe des pieds…

IMG_6927IMG_6929IMG_6933IMG_6935IMG_6970IMG_6962IMG_697120170208_143430IMG_6960IMG_6973

Une fois que tu as bien traboulé et arpenté en long et en large les ruelles pavées, tu as maintenant le droit de faire une pause pour pour déguster la première tarte aux pralines de ta vie… délice ! et superbe adresse au passage (Le Luminarium) découverte grâce aux conseils précieux de la plus gourmande des blogueuses lyonnaises 🙂

 20170207_160133IMG_6976

Et profites-en bien, parce qu’à la prochaine étape de ta visite il va falloir grimper… oui, oui, là-haut !

Street Art Florentin

IMG_6632

J’ai découvert avec surprise et bonheur lors de notre petit séjour à Florence que le street art y avait largement droit de cité. Deux artistes sortent du lot : pas un panneau de signalisation qui n’ait été retouché par l’artiste français Clet Abraham (que l’on peut croiser aussi à Paris, mais pas à ce point systématique) et chaque rue du centre historique a sa grande figure italienne retouchée avec masque et tuba par Blub :

Blub signe ses créations de cette énigmatique phrase : L’Arte sa nuotare (l’art sait nager – espérons que oui !)

Impossible de ne pas sourire devant ces panneaux détournés :

IMG_6572A force de pister les panneaux, on a fini par trouver l’atelier !

Et lorsque Blub rencontre Clet, ça donne ça :IMG_6514

La Galerie des Offices à Florence

IMG_6430

Une guide italienne nous a prévenu : si vous n’avez pas réservé votre billet, bonne chance. Et puis d’autres touristes nous racontèrent que la veille ils avaient attendu… 10 minutes avant d’entrer dans ce qui est considéré comme le plus beau musée d’Italie (et même plus). Alors ce matin-là il pleuvait des cordes donc rien à perdre, après tout on est bien capable d’attendre deux heures pour faire un tour de tortue chez Mickey, on peut bien tenter le coup pour voir la Naissance de Vénus ! Au bout de trois petits quart d’heure, we’re in ! Et c’est indéniable, si le musée était plus petit que je ne l’imaginais (en même temps, sachant qu’il faut dix jours pour faire le tour de notre Louvre parisien…) il contient un nombre impressionnant de chefs d’oeuvre au mètre carré.

IMG_6435IMG_6432IMG_6437IMG_6440

La Renaissance (Masaccio, Uccello, Lippi, Della Francesca…) bien sûr, puis Michel-Ange, Léonard de Vinci, Raphaël… ou encore des représentants du maniérisme (Pontormo, Fiorentino, Le Parmesan…), ils sont venus ils sont tous là.

IMG_6438 IMG_6446IMG_6464 IMG_6470 IMG_6455IMG_6457IMG_6467 J’ai toujours aimé la puissance de cette oeuvre d’Artemisia Gentileschi qui suinte de fureur, surtout si tu t’attardes sur les détails…

IMG_6456IMG_6452IMG_6466

Arrivés en bout de parcours, je fais remarquer à Chéri « Mais, on n’a pas vu Botticelli ? – Ben je sais pas, on a dû le louper… » La perspective de faire demi-tour nous mine un peu – enfin, surtout nos pieds qui pleurent et la perspective de devoir aller à contre-sens des grappes de touristes qui obstruent les corridors dorés du Musée. Nous arrivons à la fin du musée, c’est-à-dire le passage obligé par la boutique de souvenirs. Partout, des Vénus, des fleurs, des naïades botticelliennes en badges en crayons en posters en marque-pages en puzzle en bouillottes en mugs. On se regarde en soupirant : allez, demi-tour. Et on refait le musée entier dans le sens inverse, sous l’oeil méfiant des vigiles et en lévitant entre les touristes japonais. On a fini par trouver LA salle, au tout début de la visite sinon c’est pas drôle, mais aucun regret : là, c’est le choc et la bouche ouverte. Moi qui aime les détails et les petites fleurs, j’en prends plein les yeux…

IMG_6471IMG_6480IMG_6474IMG_6472 IMG_6477

Découvrir Florence

IMG_6530

Résumer nos trois jours florentins ça ne va pas être évident, tant la ville est riche, belle, impressionnante… Alors pour ne pas t’imposer mes 500 photos (en 2 jours et demie, hou la petite joueuse), procédons dans l’ordre.

Florence / Firenze, comparée à Rome, est très concentrée et peut se visiter entièrement à pied… mais ce n’est pas pour ça qu’il y a moins de choses à voir !

Nous logions dans un hôtel (que j’éviterai de recommander) près de la gare qui est elle-même très centrale. La première église croisée prépare l’oeil à ce qui suit, la Basilique Santa Maria Novella et son très joli cloître.

IMG_6658

Puis un enchevêtrement de ruelles nous conduit au coeur palpitant de Florence : la Cathédrale Santa Maria del Fiore et son Duomo plaqué de marbre blanc, vert et rose. Et là ce sont des Wouahhh, des Ooooh, des yeux qui s’agrandissent… il y a de quoi, vraiment. Je ne compte pas le nombre de fois où nous sommes revenus faire le tour de la cathédrale le nez en l’air, impossible de se rassasier de tant de beauté. On s’est épargné les 400 marches pour monter au sommet du Campanile, de toutes façons la météo ne s’y prêtait pas (et mes genoux non plus). Etonnamment, l’intérieur de la Cathédrale est assez sobre (enfin, tout est relatif…).

IMG_6617IMG_6621 IMG_6609 IMG_6608IMG_6618IMG_6616 IMG_6619 IMG_6620IMG_6369IMG_6614

Piazza Della Signoria, des alignements de statues (et de touristes) se battent pour attirer l’attention. Un musée à ciel ouvert.

IMG_6585IMG_6586IMG_6588IMG_6652

Le Ponte Vecchio est une véritable curiosité avec ses maisonnettes colorées qui surplombent l’Arno. Elles correspondent aux arrières-boutiques des joailleries  (avant s’y tenait un marché, mais parait-il que les Médicis étaient incommodés par les odeurs…).

IMG_6644IMG_6631IMG_6639 IMG_6645

De l’autre côté du pont un très joli quartier populaire, Santo Spirito, que l’on aurait aimé avoir plus le temps d’explorer. Autour d’une ravissante place, de nombreux restaurants parmi lesquels nous avons testé le Tamero que m’avait conseillé ma copine Kanouch.

IMG_6484IMG_6486IMG_6487IMG_6488

Laissant derrière nous le Palais Pitti et ses jardins de Boboli, nous avons atteint l’esplanade MichelAngelo, probablement la plus belle vue sur Florence (les couchers de soleil doivent y être à tomber !). Nous sommes redescendus par le jardin des roses jalonné par de poétiques statues de Folon.

IMG_6536 IMG_6566IMG_6538IMG_6546IMG_6556

 

La prochaine fois je te raconterai comment nous nous sommes coltiné le plus beau Musée de Florence à l’envers et à l’endroit… ☆

Le Begijnhof, au coeur d’Amsterdam

IMG_5934

C’est une petite bulle de calme étonnante qui se mérite, car le Béguinage n’est pas si facile à trouver. A proximité immédiate du tumulte des rues commerçantes (du côté du Spui), on y entre par une porte quasi dérobée, et seulement à certaines heures pour ne pas déranger toute la journée les habitants – même si ça parait difficile vue l’affluence.

IMG_5942

Les Béguines n’étaient pas une communauté de religieuses, mais de ferventes catholiques, célibataires ou veuves, vivant dans la prière et l’aide à autrui. La dernière a disparu en 1971.

IMG_5931IMG_5932IMG_5936

Le silence et le calme sont donc de règle dans cette petite cour intérieure bordée de maisons pittoresques (et rénovées, le Béguinage ayant été détruit par les incendies au XVe siècle, à l’exception d’une maison) et au jardin si joliment entretenu. Imagine l’automne s’étendre sur la place, t’installer sur un banc avec un livre au printemps…  Certes l’endroit n’est pas grand mais vaut bien une petite pause – et si les béguines décident de se reformer je postule…

IMG_5937IMG_5940IMG_5941IMG_5943IMG_5930

Deux jours à Amsterdam avec enfants (et béquille)

amsterdam

Nous y étions allés en amoureux il y a trois ans, j’avais alors craqué pour cette belle ville, vivante et accessible et j’avais envisagé d’y retourner avec les enfants. L’occasion s’est présentée avec une promo sur les billets de Thalys alléchante (20 euros par adulte, 15 par enfant), allez zou banco, en plus un petit week-end toute fin août alors que les vacances sont déjà loin derrière, l’idée était plutôt séduisante.

Entretemps j’ai eu cette fichue entorse, avec déplâtrage prévu la veille du départ, mais j’avais tellement envie de ce petit séjour que j’y serai allée avec ! Nous sommes donc partis, mais en changeant quelque peu la perspective du week-end : rester raisonnable au niveau de la marche en privilégiant les transports en commun, ne pas trop s’éloigner du centre. Bref, j’ai visité Amsterdam avec une béquille.

Dur dur de trouver un hôtel pas trop cher !! La fois d’avant nous avions testé avec bonheur le bien nommé « A Train Hôtel », juste en face de la gare, mais même en essayant de réserver trois mois avant, plein ! Nous avons fini par trouver dans le quartier des Musées (Museumplein) « The Owl Hotel », très correct, bon accueil, propre et calme ; évidemment niveau tarifs c’est chaud, mais comme dans toute ville attrayante l’été. Cela va sans dire, ayant embarqué les enfants il y a certains quartiers « pittoresques » qui étaient d’office exclus de nos projets.

Tout proche de l’Hôtel, le plus grand parc de la ville, le VondelPark. Je ne recommande pas spécialement, c’est surtout un immense espace vert où le moindre mètre carré est colonisé par beau temps pour picoler (beaucoup) et fumer (énormément) même si ça reste assez bon enfant. Et les vélos. Les vélos, les vélos, les vélos.

IMG_5862

Sache qu’à Amsterdam le piéton n’est pas prioritaire, loin de là : il faudra composer avec les bus, les trams, les voitures et les vélos. Gare à tes miches quand tu cherches à traverser, un bus peut planquer un vélo qui peut planquer un tram ! Avec ma béquille, nous avons opté pour le tram en prenant des cartes valables 48h, du coup on s’est pas privé même pour faire une seule station quand je commençais à fatiguer.

IMG_5804IMG_5810IMG_5815

A proximité également le quartier des Musées, aaah là c’est vraiment chouette : Rijksmuseum, Musée Van Gogh, Moco ; ce week-end là s’y tenait aussi le Uitmarkt, festival qui marque le début de la saison culturelle et  qui a enchanté les loulous tout un après-midi : musique, ateliers, skate, salon littéraire… J’ai retrouvé cette ambiance qu’on ne connait hélas plus en France depuis quelques années : pouvoir profiter d’un évènement cool sans barrières ni fouille au corps ni policiers tous les deux mètres, ambiance détendue et festive tout simplement.

IMG_5819IMG_5920 IMG_5922 IMG_5918 IMG_5916

A tester, le hareng cru… goûté et adoré par mon Mari (hiiii). Yurk.

IMG_5928

Je souhaitais faire visiter la maison d’Anne Frank à mon Grand, qui a commencé à étudier son histoire l’an dernier en CM2 (déjà !). Mais le système de visite a changé il y a quelques mois : entrée réservée aux billets (achetés sur le net) jusqu’à 15h. Or pour ce qui est de la résa, sur le net 3 mois avant tout était déjà blindé. Et pour ce qui est de l’attente sans billets, dés midi une quarantaine de personnes faisaient déjà la queue, alors on a préféré laisser tomber. On s’est raconté son histoire devant sa maison, devant laquelle des touristes prenaient la pose avec un sourire jusqu’aux oreilles.

DSC_2043 IMG_5910

Le quartier alentours est vraiment beau, nous avons traversé je ne sais combien de ponts en observant chaque maison si pittoresque, si colorée, si… penchée !, et fait le tour de la ville en bateau, balade indispensable pour pouvoir découvrir tous les aspects, historiques et modernes, de la ville (et reposer ma guibole).

IMG_5828IMG_5832IMG_5833IMG_5834IMG_5835IMG_5945

Le marché aux fleurs pour faire le plein de tulipes !

IMG_5836IMG_5838IMG_5843 IMG_5844IMG_5929IMG_5849IMG_5855

On a trouvé le banc qui figure dans le film « Nos Etoiles Contraires » dans une scène déchirante, devenu un petit lieu de pélerinage pour les amoureux, visiblement.

IMG_5858IMG_5865IMG_5911

Ici on pédale en mangeant 🙂 !

IMG_5885IMG_5887IMG_5896

Enfin le dernier matin avant de reprendre le train, nous avons passé un moment sur la terrasse du toit de NEMO, l’équivalent de la Cité des Enfants à Paris.

Je suis rentrée contente et dépaysée, il y a un truc dans cette ville qui me plait absolument, qui a à voir avec l’imagination et la jeunesse (peu de familles, finalement) qui me poussera certainement à y retourner.

IMG_5946

J’ai fait un long article pour te donner un max de détails, des fois que tu serais tenté (mais j’aurai pu faire bien pire, tant il y a à montrer), je me suis moi-même beaucoup servi des blogs pour préparer ce week-end. Il faut encore que je te montre le Béguinage, mais promis je laisse ça pour plus tard.

Loger :
A Train Hotel
The Owl Hotel

Manger :
La Place, une chaîne de caféteria bio en plein Amsterdam. Plaisir de trouver des fruits et légumes après les distributeurs de croquettes (des machins panés au fromage).
Les meilleures Frites d’Amsterdam (crois-nous sur parole !) : une petite baraque qui ne paye pas de mine au pied de l’Eglise Westerkerk, Wil Graanstra’s Frites.