Victor Kessler n’a pas tout dit, Cathy Bonidan

Dans les affaires personnelles d’un vieil homme dont elle a fait la rencontre fortuitement, Bertille découvre la confession écrite par un certain Victor Kessler, qui a été emprisonné pour le meurtre d’un enfant commis des dizaines d’années auparavant, dans un village de l’est de la France. Happée (tout comme le lecteur) par cette histoire, elle veut en en savoir plus et se lance dans une enquête. Pour cela, elle va devoir retourner dans sa région d’origine…

Quête de vérité, culpabilité, fait divers tragique, des secrets qui en cachent d’autres, très enfouis… J’avais eu un immense coup de cœur pour Le Parfum de l’Hellébore, et j’ai retrouvé avec plaisir la plume de Cathy Bonidan dans une histoire se rapprochant cette fois d’une enquête policière où les questions viennent s’accumuler, pas seulement pour Bertille mais pour nous lecteurs : si elle commence à émettre des doutes sur la culpabilité de l’instituteur et à se demander pourquoi diable il aurait endossé la responsabilité d’un crime qu’il n’a pas commis, on se demande pour quel véritable motif elle s’est lancée dans cette recherche venue réveiller bien des souvenirs douloureux restés enfouis dans les Vosges. Un roman qui tient en haleine jusqu’à la dernière page. 

VICTOR KESSLER N’A PAS TOUT DIT, Cathy Bonidan, Editions La Martinière