« 37, Etoiles Filantes », sous le ciel de Paris

1937, Paris. Alberto Giacometti, le sculpteur, s’est mis en tête de régler son compte à Jean-Paul Sartre, le philosophe, pour réparer un affront maladroit. Nous voici entraînés à sa suite dans une balade énergique à travers le Montparnasse des arts et des lettres, clopin-clopant sur ses béquilles, arpentant les trottoirs de rue en rue, de café en atelier, de bordel en terrasse. La vie est bouillonnante dans ce quartier, les idées fusent et les artistes se bousculent, virevoltant d’une oeuvre à l’autre, d’un amour à l’autre, on peut dans le même temps et sans s’en émouvoir plus que ça être percuté par la voiture d’une américaine, se voir impliqué dans un assassinat et soupçonné de terrorisme, quitter (ou pas) une femme et en rencontrer une autre dans la foulée, faire des projets d’Amérique… la tête est à l’insouciance, plus pour longtemps.

Dans ce récit rocambolesque, Jérôme Attal redonne vie, apparence et parole à ces grandes figures des Montparnos (Anaïs Nin, Antonin Artaud, Pablo Picasso…), des adultes qui auraient oublié de grandir, où l’exubérance affronte la philosophie. Le pauvre Sartre qui n’est pas franchement peint à son avantage (mais où se cache le Castor ?), ne sachant pas ce qui se trame derrière son dos, ne se soucie que de la parution prochaine de sa « Nausée », tandis que le fantasque sculpteur tourbillonnant à ses trousses se rapproche inexorablement.
On retrouve la malicieuse plume de l’auteur des « Jonquilles de Green Park », son goût pour les jeux de mots (assaisonné par ci par là de références bien contemporaines) dans cette comédie loufoque et inspirée sur la vie, ou plutôt les vies, de Montparnasse.

Pourquoi se laisse-t-on toujours démolir par un commentaire négatif, fût-il sous une pluie de compliments, le parapluie noir dans la chorégraphie d’ombrelles blanches ?

Le sourire, c’est une bonne défense. C’est la ligne Maginot de l’âme.

37, ETOILES FILANTES, Jérôme ATTAL, Editions Robert Laffont

Publicités

2 réflexions sur “« 37, Etoiles Filantes », sous le ciel de Paris

  1. Stéphanie dit :

    Ah ouf, pas sûr qu’il me convienne celui-là ! Ma liseuse et ma table de nuit débordent ! Et j’ai encore craqué à la bibli (je suis faaaaaaaaaaible devant les livres seuls sur les rayonnages, ah ah !) ! Merci pour ton article, passe de bonnes fêtes !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s