Des Histoires de Famille

IMG_20181027_112150_223

Finn a onze ans et vit sur une île isolée du Canada avec sa grande soeur Cora et ses parents Martha et Aidan. Il n’y a plus de poissons à pêcher, les maisons se sont progressivement vidées et le soir les lumières de tous les bateaux de pêche ont disparu. Même Martha et Aidan sont contraints de quitter l’île en alternance pour aller travailler ailleurs, tandis que leurs enfants sont quasiment livrés à eux-mêmes à galoper sur les rochers ou à prendre la barque pour aller visiter la dernière voisine, chuchoteuse d’histoires et prof d’accordéon. Cora peint l’intérieur des maisons vides de leurs propriétaires aux couleurs de différents pays, tandis que Finn cherche un moyen de faire revenir les poissons.
On croisera ici des sirènes et des filets porteurs de messages, des caribous et des ours, au gré d’un texte qui coule comme un long chant de marin, comme le flux de la marée ou le vent qui souffle des paroles. C’est très beau, très poétique sans nul doute et l’on ne peut qu’être touché par les tentatives des enfants pour sauver leur monde menacé d’expulsion – et leur famille menacée d’implosion – racontés de cette manière-là et sous cette forme-là. Mais cette belle musique garde un peu le lecteur à distance, à la manière d’un beau paysage glacial.

Les Chants du Large, Emma Hooper, Les Escales ★

 

Jean, Denis, Moïse. Le fils (et narrateur, double de l’auteur qui nous offre ici son roman le plus personnel), le père et le grand-père, trois générations de non-dits et de silence. Et puis un jour, des lettres du grand-père disparu font leur apparition, toutes adressées à une mystérieuse Anne-Lise, « la petite souris ». L’occasion pour le père et le fils de renouer le dialogue en tâchant de percer les mystères de leur aîné. Qui est cette Anne-Lise Schmidt à qui Moïse adressait une lettre tous les 3 avril ? Que cache cette photo de famille en apparence tendre et banale ? Que sait-on vraiment des gens que l’on aime ?
C’est l’histoire de Moïse qui nous est racontée, remontant jusqu’à son enfance et traversant la guerre, ses amitiés, ses amours, ses renoncements aussi. Tout ce qui fait une vie en somme, tout ce dont on hérite de nos parents et de nos grands-parents, la somme de leur tristesse, les erreurs de jeunesse comme les erreurs de vieillesse. Ici transparait toute l’humanité de Baptiste Beaulieu ainsi que certains de ses combats qui mériteraient peut-être une histoire à part, pour qui la seule façon de sauver le monde c’est l’amour, sous toutes ses formes, celui que l’on voue à un homme ou à une femme, à un enfant ou à un animal peu importe, l’amour sauvera le monde c’est certain, pour peu que l’on ne renonce jamais.
Pour autant son enquête familiale n’est pas achevée, tous les points ne sont pas reliés, et ce qui serait vraiment beau ce serait que les lecteurs l’aident à boucler la boucle de ces secrets de famille.

Toutes les Histoires d’Amour du Monde, Baptiste Beaulieu, Editions Mazarine ★