Croire au Merveilleux ❀

IMG_20170418_174439_951

César n’arrive pas à se relever de la mort de Paz, cette jeune femme solaire et artiste qui était l’amour de sa vie, et décide de mettre fin à ses jours. Au moment décisif, une voisine fait irruption dans son appartement et dans sa vie avec fracas, Nana, une jeune étudiante grecque étrangement clairvoyante et qu’il lui semble avoir déjà croisée.

C’est l’histoire d’un retour à la vie grâce à la beauté du monde. Et si la solution à notre peine se trouvait dans les mythes ?
César est rongé par les questions entourant la disparition de Paz : était-ce vraiment un accident ? avait-elle l’intention de revenir auprès de lui et de leur fils Hector ? Tous les ingrédients d’une tragédie grecques sont posés, et pour revenir du côté de la vie, il va devoir convoquer les mythes et se lancer dans une sorte de pélerinage, voyage sensoriel et sensuel où la mer, les parfums, la nature sont omniprésents – une part de surnaturel aussi. L’histoire peut se lire indépendamment de « Plonger » dont c’est la suite, même si c’est la quatrième fois que César apparait dans un roman de l’auteur.
Comme dans le précédent, on trouvera beaucoup de références culturelles (et toujours cette même passion pour l’étymologie) qui poussent à plonger avec bonheur dans la toile pour complèter les quelques illustrations déjà présentes dans le livre. A un Paris endeuillé par le terrorisme, l’auteur oppose le paradis bleu des îles grecques ou des côtes italiennes, où un homme fracassé, fragilisé, incapable selon lui d’assurer le bonheur de son enfant, d’être un père simplement, va ressusciter par la seule force de la beauté, du pouvoir de l’enfance et de cette faculté préservée à toujours croire dans le merveilleux. Un très beau projet.

CROIRE AU MERVEILLEUX, Christophe Ono-dit-Biot, Gallimard ❀

IMG_20170427_204049_576