Entre Ciel et Lou, une bonne bouffée d’air iodé

IMG_20170404_183235_380

Ce n’est que lorsque quelqu’un disparaît qu’on se rend compte à quel point il était le lien entre les membres d’une famille, le tronc de l’arbre, le roc qui tenait la falaise. Lou, épouse, mère et grand-mère, est partie, bien trop tôt, laissant derrière elle un mari perdu et de grands enfants démunis. Pourtant, elle a pris soin de laisser à son mari une bien délicate mission : s’assurer du bonheur des uns et des autres. Pas si simple, entre Cyrian qui hésite entre deux femmes, et Sarah qui depuis qu’elle est touchée par un handicap refuse de se fixer. Et puis il y a Pomme, et il y a Charlotte, ces deux petites-filles si différentes, celle de l’Ile et celle du continent, qui ne se connaissent qu’à peine.

Il y a une tendresse folle dans chaque ligne de cette histoire d’une famille éparpillée qui ne se parle plus mais est réunie par le doux souvenir de Lou, Lou qui était drôle, qui était une épouvantable cuisinière, qui faisait de la vie une fête. Jo se reposait entièrement sur elle et s’est conduit toute sa vie en père absent, alors ce n’est pas maintenant, se dit-il, qu’il va pouvoir interférer dans la vie de ses enfants devenus adultes – à noter l’ironie : c’est pourtant un expert du coeur puisqu’il était cardiologue.

On pourrait se dire que tout cela va tourner de façon un peu trop prévisible et idéale, qu’à la fin tout le monde va s’aimer dans la maison du bonheur, que lorsque Sarah va tomber sur l’homme parfait pour elle ça va littéralement ressembler à un film de cinéma, que les petites filles parlent d’une façon un peu trop adulte pour leur âge, qu’Albane qui cherche à accaparer Cyrian est tout de même un peu caricaturale, que l’abus de sucre risque d’être fatal au roman… mais on parlera plutôt d’une bonne bouffée d’air frais, ou plutôt d’air iodé, c’est vivifiant comme une bonne balade sur une plage bretonne et apaisant comme une crêpe au caramel salé. En refermant le livre on n’a plus qu’une envie : prendre le prochain bateau pour l’île de Groix.

Je vacille sous le choc. Les enfants ciblent au coeur.

ENTRE CIEL ET LOU, Lorraine FOUCHET, Le Livre de Poche 

Publicités

6 réflexions sur “Entre Ciel et Lou, une bonne bouffée d’air iodé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s