Trop de Lumière, premier roman acide de Marinette Lévy

IMG_20170222_102851_731

Léo est une grande vedette de la chanson depuis des années maintenant, reconnue de tous et par tous, invitée partout, sollicitée tout le temps, appréciée. Dans l’intimité pourtant, elle se montre rustre, injuste, capricieuse avec son entourage, tyrannique et même méprisante avec ceux qui travaillent pour son confort et son bien-être. Alors bien sûr, on prend en grippe immédiatement ce personnage de star capricieuse, mais la vérité c’est qu’elle étouffe, elle a la nausée de son métier, elle ne ne supporte plus ce train de vie dans la lumière, trop de lumière ; à la veille d’une immense tournée elle réalise qu’elle ne prend plus aucun plaisir sur scène maintenant qu’elle est devenue une machine à chanter les titres qui ont fait sa notoriété.

Un évènement personnel lui fait comprendre que son entourage n’est composé que de personnes avec lesquelles elle ne partage rien, que ce soient ces hommes de passage dans son lit, sa proche collaboratrice avec laquelle elle vit littéralement mais qu’elle rudoie en permanence ; seul lui manque Alban, son ami d’enfance, celui qui l’a toujours portée, rassurée, alors que lui-même déraillait progressivement. Seulement voilà, Alban vient de mourir, alors Léo n’a plus envie de rien. Trop de chagrin, trop d’ennui, déstabilisée par les circonstances de la mort de son ami dont il lui semble voir des signes partout, comme dans cette petite malade croiséee pendant la visite caricative d’un hôpital ; le moment est peut-être venu de tout remettre en question.
L’histoire d’une femme qui arrive à un moment charnière de son existence est plutôt classique, ce qui l’est moins c’est ce milieu dans lequel elle évolue, celui du showbiz croqué ici avec une grande acidité – ce qui est plutôt plaisant à lire, car on s’amusera à reconnaître des personnalités très aisément identifiables.

Pourquoi un boulon pète à ce moment-là plutôt qu’à un autre ? Pourquoi la faille se creuse ici et maintenant, pourquoi le pneu n’explose pas trois cents mètres plus loin ou deux heures plus tard ?

Trop de Lumière, Marinette Lévy, Editions Plon

Merci à Babelio et aux Editions Plon 

Publicités

4 réflexions sur “Trop de Lumière, premier roman acide de Marinette Lévy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s