Les Mains Lâchées, tellement poignant

IMG_20161017_174526

Madel est journaliste pour une petite télé locale sur Tacloban, une petite île des Philippines. Ici, on a l’habitude des ouragans, mais lorsque le typhon Yolanda traverse l’île il ne laisse derrière lui que chaos et désolation. Madel, elle, n’arrive à retrouver ni son ami Jan avec lequel elle se trouvait, ni l’enfant qu’on leur avait confié et dont elle tenait la main au moment où une immense vague a submergé leur maison.

Anaïs Llobet nous fait le récit heure après heure de « l’après ». D’abord le choc devant la dévastation et la mort, puis sa tentative pour le surmonter : elle fait immédiatement le choix d’être utile en se conduisant non pas comme une simple survivante, mais en agissant et en témoignant comme une journaliste. En s’efforçant, comme tous les philippins qu’elle croise et qui nous racontent leur histoire, de garder l’espoir que les proches ont survécu, Mabel essaye tant bien que mal de continuer à exercer son métier, à informer, tout en observant de loin la guerre indécente de médias cyniques qui espèrent des images choc pour le journal télévisé du soir, ou des collègues à la recherche de « larmes télégéniques » au risque d’y laisser leur âme. Souffrant de son impuissance, Mabel s’efforce de garder du recul pour ne pas s’effondrer, car le typhon ne laissera personne indemme, pas même les survivants.

Témoignage déchirant d’une catastrophe et de ses conséquences, preuve s’il en était encore besoin de la cruauté du monde où une catastrophe chasse l’autre dans les médias, « Les Mains Lâchées » se lit d’une traite sans que l’on puisse reprendre son souffle.

Voilà, c’est ça, le fond de l’horreur. Cette petite flamme d’espoir qui nous lacère le coeur, qui n’en finit pas de nous ronger l’âme. Et quand on décide de l’éteindre, en la pinçant de deux doigts, c’est au prix d’une brûlure qui ne nous quittera jamais. La brûlure de l’oubli.

Les Mains Lâchées, Anaïs LLOBET, Editions Plon

★ Lu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire de Price Minister #MRL16 ★

Publicités

4 réflexions sur “Les Mains Lâchées, tellement poignant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s