Un Paquebot dans les Arbres, si touchant

IMG_20160914_184419

Nous sommes dans les années 50. Les parents de Mathilde sont cafetiers à la Roche-Guyon, en région parisienne ; le père, Paul, est une figure généreuse et excentrique qui aimante tout le village et fascine ses enfants : Annie (la préférée), Mathilde (le garçon manqué) et le plus petit, Jacques. Mathilde aime son père follement, et ferait tout pour obtenir sa tendresse exclusive. Un jour, Paulot s’effondre : la tuberculose.

C’est la débandade : tandis que le père part en soin au sanatorium d’Aincourt (ce grand paquebot blanc), le café périclite, les proches terrifiés par la maladie s’éloignent, il faut pourtant payer les soins, continuer à gérer le café déserté de ses clients, s’occuper des enfants… Lorsqu’Odile est à son tour diagnostiquée et rejoint son homme au sana, commence pour Mathilde un véritable combat : empêcher sa famille d’être détruite par la séparation (tandis que l’aînée prend la « fuite » pour se marier à Paris, elle et Jacques sont placés dans des familles d’accueil différentes), la misère (à une époque pourtant dite des 30 glorieuses, où la sécurité sociale n’était pas encore d’actualité pour tous) et l’ignorance.

C’est l’histoire d’amour extraordinaire d’une jeune fille pour ses parents, la tendresse indéfectible de celle qui va endosser tant de responsabilités, se battre pour récupérer son petit frère et garder la tête haute devant la lâcheté d’un village entier. J’ai tant aimé Mathilde, cette « enchanteresse » obstinée qui oublie de penser à elle et persiste à garder la tête haute dans un combat perdu d’avance, j’ai eu envie de la prendre dans mes bras pour la consoler et la soutenir comme peu l’ont fait, si ce n’est Jeanne la simplette ou une directrice de lycée. Comme dans son précédent « Kinderzimmer », Valentine Goby marque les esprits avec une histoire bouleversante comme un air d’harmonica.

La mémoire est une somme d’images vivantes et de fenêtres murées.

 

Un Paquebot dans les Arbres, Valentine GOBY, Actes Sud

Publicités

4 réflexions sur “Un Paquebot dans les Arbres, si touchant

  1. Camille dit :

    L’histoire a l’air si difficile, mais très touchante.
    J’ai peur de m’identifier un peu trop vite à Mathilde, et ce n’est pas tellement ce dont j’ai besoin ces temps-ci, mais je note les références de ce livre qui me plait avant même de l’avoir lu !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s