La Suture : Sophie, Camille & Nicole

IMG_20160819_161752

Nicole, Camille. Deux disparitions tragiques. Une grand-mère et sa petite-fille qui ne se sont jamais connues, et entre les deux pour tisser le lien, raccommoder les trous, suturer les bouts de tissus de la mémoire, il y a Sophie. Camille n’aura jamais de futur, Nicole n’a semble-t-il pas de passé. C’est dans cette quête que se lance la narratrice. Qu’était Nicole avant de devenir sa mère ? Quelles sont ses origines, et partant celles de Sophie, celles de Camille ?
Je n’ai pas lu « Camille, mon Envolée » (qui évoquait la disparition de sa jeune fille de seize ans), je n’ai pas pu. Mais après avoir découvert la voix de Sophie Daull, imagée, cash, un brin ironique mais surtout très tendre, je compte bien réparer ce manque. Cette recherche de la mère me parle, ayant perdu la mienne assez jeune et regrettant tellement de tout ignorer de sa jeunesse.

De Coulommiers à Contrexéville jusqu’à Belfort, elle raconte donc cette recherche généalogique basée sur quelques indices et s’autorise à imaginer, à combler les trous de la mémoire familiale, dont certains resteront à jamais béants faute de traces, de témoins, de survivants. Pas de bol, Nicole était discrète. Finalement ce sont les hommes de Nicole que Sophie recherche, père(s), maris… eux aussi manquent sur la photo.

Ce que sont les meilleures mères, une seule phrase peut le dire : elles se donnent et elles s’en vont. Christian Bobin

 

La Suture, Sophie DAULL, Philippe Rey