Un Travail comme un Autre

IMG_20160606_182255

Alabama, années 20. Roscoe T Martin ne veut pas se contenter d’être fermier, il est passionné par l’électricité et rebuté par l’agriculture. Une passion qui l’oppose à son épouse Marie qui souhaite le voir reprendre l’exploitation familiale. Afin d’améliorer le quotidien de sa famille et le rendement de la ferme, il parvient avec l’aide de son ami Wilson à détourner une ligne électrique, mais le branchement provoque un accident mortel. Roscoe et Wilson sont pour l’un envoyé en prison, pour l’autre à la mine…

Dès le second chapitre nous nous retrouvons entre les quatre murs d’une prison, et dès lors l’histoire alterne épisodes de la vie au bagne et souvenirs de la ferme, avec pour fil conducteur le silence de Marie : pourquoi n’est-elle jamais venue voir son mari, pourquoi ne lui écrit-elle pas, qu’est-elle devenue avec leur fils Gabriel ? Tandis qu’il résiste aux coups, à l’humiliation, aux rapports de force entre détenus et au bon vouloir de gardiens tordus, Roscoe n’a que cette obsesssion : sa femme l’a-t-elle abandonné ?
Une fois sa peine purgée, il reviendra à la ferme, blessé et diminué, sans plus savoir ce qui l’y attend.

C’est un roman dur, brut, pesant comme un été brûlant dans la poussière d’Alabama, qui convoque les fantômes de Faulkner ou de Tennesse Williams. Il y est question de responsabilité et de filiation, de racisme (Wilson est noir, ce qui lui vaut un sort différent de celui de Roscoe) et d’humanité. Personne n’est vraiment sympathique ici, dès les premières pages Roscoe brutalise son fils et effraye sa femme, qui va finir par le laisser croupir en prison. Mais l’espoir est permis lorsque dans une région des plus impitoyables une femme compare les hommes à des oiseaux, un homme voit apparaître tous ses absents, et une brave chienne de chasse à la retraite finit par gagner les coeurs les plus secs. C’est un premier roman, absolument soufflant.

La femme en face de moi était un désordre de fragments rassemblés, vermoulus et disharmonieux dans leur nouvel agencement.


Un Travail comme un Autre, 
Virginia REEVES, parution le 24 août aux Editions Stock.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s