Deux Romances Charleston pour l’été

IMG_20160613_155815

A Rushwater House, la famille Leslie gravite autour de Lady Emily, vieille dame indigne et étourdie. Les invités (plus ou moins invités, d’ailleurs) de passage pour le week-end ou plus, y font connaissance avec des personnages pour le moins haut en couleurs voire excentriques, leur style, leurs règles de vie, leurs secrets, leurs fêlures parfois.

Au vu du titre et de la couverture, je m’attendais à une romance de facture plutôt classique et enlevée. Surprise, dès les premières pages où l’on découvre le bazar orchestré par une vénérable Lady lors de l’office du matin – impossible de ne pas songer à la Lady Grantham de Downton Abbey, d’où la seconde surprise : alors que je m’imaginais presque être devant une parodie de ma série préférée, je m’aperçois que le roman a été écrit dans les années 30 !

Quel goût ont ces fraises ? Sucrées ou acides ? On met un moment à deviner les intentions de l’auteure : veut-elle se moquer ? dénoncer ? Car il y aurait de quoi : tous ces personnages sont tantôt frivoles, tantôt désoeuvrés, la plupart s’ennuient et beaucoup ne se comportent que de manière intéressée. Si le style est vif et dynamique, il est aussi très satirique, pince-sans-rire voire doux-amer. Les protagonistes les plus attachants (comme Agnès, la gentillesse incarnée) sont raillés ; les pique-assiettes, les flagorneurs (et les français, au passage) sont brutalement épinglés.

Bref j’ai été déconcertée, ne sachant sur quel pied danser avec ces « Fraises Sauvages » qui comptent beaucoup de pages pour ne rien dire – certes, c’est bien ce qui caractérise nos héros, mais le comique de répétition (comme une vieille dame cherchant ses lunettes à longueur de paragraphes) finit par lasser. La romance est présente également, puisque le souci (certainement représentatif de l’époque) de tout ce beau monde est avant tout de faire de beaux mariages, mais je n’ai pas été charmée.

Le Parfum des Fraises Sauvages, Angela THIRKELL, Editions Charleston

 ✽✽

Honoria Wetherby est une jeune gouvernante en charge d’apprendre aux jeunes filles à faire leur entrée dans le monde. Elle croise la route du Duc Devil de Saint-Yves, membre de sinistre réputation du clan Cynster, qui en deux temps trois mouvements décrète qu’il va l’épouser et en faire sa duchesse. Mais la jeune femme n’est pas d’accord, et dotée d’un sacré caractère…

J’ai passé un bon moment avec ce couple proprement infernal qui m’a fait penser tantôt à la Belle et la Bête, tantôt à Angélique Marquise des Anges, tant lui est décrit comme le diable en personne et elle est butée et indisciplinée (par rapport aux dames de son rang et pour cette époque) ; la belle ne s’en laisse pas compter, elle tient à ses rêves d’aventure et d’Afrique, et sait manier le « regard mauvais » comme personne (au moins une fois par page), même si le torse du ténébreux duc ne la laisse pas de marbre (au moins deux fois par chapitre). J’en plaisante, mais l’humour est justement très présent dans les joutes verbales des deux personnages principaux ; évidemment la question n’est pas : va-t-elle lui céder ? mais plutôt quand, et comment…

Comment, on le saura dans les moindres détails, car l’auteur nous entraîne dans des pages et des pages de grandes envolées lyriques et sensuelles, comptons en moyenne six pages pour décrire un simple baiser, je laisse imaginer ce qu’il en sera de la suite. Histoire de sortir du rayon érotique, on suit en parallèle une vague enquête sur le meurtre d’un cousin dont on devine vite que le suspect se trouve dans l’entourage clanique immédiat du comte, prétexte d’affrontement supplémentaire entre Honoria et Cynster.

En bref, un beau couple de roman très sensuel, une écriture souvent drôle et primesautière, mais énormément de longueurs – plus de 600 pages pour très, très peu d’action !

 La Fiancée de Devil, Stephanie LAURENS, Editions Charleston

Publicités

4 réflexions sur “Deux Romances Charleston pour l’été

  1. labiblidonee dit :

    Le premier serait intéressant pour sa date d’écriture, et le second pour son humour et son histoire d’amour… Malheureusement les longueurs alors qu’il y a tellement d’autres livres à découvrir, ça me semble rédhibitoire pour le moment, au vu de ma PAL actuelle qui n’a plus de pile que le nom… Donc merci pour tes avis qui m’éviteront de la faire tomber !!
    bisous, bon week-end !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s